Journal d’un coach

Journal de bord de Jean-Luc Pening. Coach.

Téléclasse : Compétences 7 langage direct

Ce jeudi j’ai eu l’honneur et le plaisir d’être l’invité de Nadine Fortin coach PCC Canada pour animer une téléclasse dans le cadre de son cycle « Les compétences essentielles » à destination des coachs professionnels.

J’ai été très honooré de cette invitation aux partages. J’y ai présenté un extrait d’un coaching. Mon extrait n’illustrait pas directement mon langage direct mais en montrait les effets avec une cliente en pleine évolution après seulement 2 séances …

Mes collègues coachs ont relevé ma capacité d’accueil, mon écoute et mon utilisation des métaphores et images. Merci à eux de ces partages touchants et réconfortants. Merci aussi à toi, Nadine.

Il est certain que je me sens de plus en plus à l’aise et en cohérence avec mon approche de coach professionnel. A vous de tester !

Jean-Luc

Pour plus d’informations sur Nadine et ses activités : WWW.PROJEXIONCOACHING.CA <http://www.projexioncoaching.ca

BEYOND SEEING | CREATION WORKSHOP BERLIN | 3 – 6 April 2017

La semaine prochaine je participle activement à l’action suivante (voir détails joints) … Je vous en parlerai plus en détail une fois que je l’aurai vécu … Merci Marion …

BEYOND SEEING

INNOVATIVE WAYS OF SENSORY FASHION DESIGN

A RESEARCH AND EXHIBITION PROJECT OF THE GOETHE-INSTITUT PARIS

IN COOPERATION WITH

ESMOD, BERLIN

IFM – INSTITUT FRANCAIS DE LA MODE, PARIS

LA CAMBRE, BRUSSELS

SWEDISH SCHOOL OF TEXTILES, BORÅS

Pressedossier BEYOND SEEING ENGLISH.pdf

Conférence au Plaza de Bruxelles

Ce mercredi, j’ai eu le grand plaisir d’animer la rencontre dont voici l’invitation. L’occasion de beaux échanges sur les différences qui font notre richesse.

Madame la Secrétaire d’Etat Bianca Debaets et la coordination égalité des chances de Bruxelles Pouvoirs locaux souhaitent initier une nouvelle forme de rencontres autour des différents thèmes de l’égalité des chances.

Ces rencontres se dérouleront sur le temps de midi, avec des sujets concrets et des orateurs que vous pourrez à votre tour inviter dans vos communes ou vos services.

La première date est le 21 mars, journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale.

Le court-métrage "Na Wewe", qui dénonce avec humour et émotion l’absurdité de tous les conflits basés sur les différences, qu’elles soient ethniques, raciales ou autres sera projeté. Ce court-métrage a reçu 28 prix internationaux dont une nomination aux Oscars en 2011.

Ensuite, la parole sera donnée à Jean-Luc Pening, auteur et coscénariste de ce film, qui a perdu la vue au Burundi.

Ce midi abordera donc aussi le thème du handicap.

Mr Pening parlera des différences, de l’intégration, du vivre ensemble … en nous donnant ses éléments de réponse aux questions telles que "où se situe le handicap ?", "comment l’aborder ?", "Comment le dépasser ?" et "comment mieux vivre ensemble ?".

Lieu: Hôtel Plaza, Boulevard Adolphe Max 118-126, 1000 Bruxelles Accueil dès 11h45 Lunch sous forme de buffet de 12:00 à 12:30

12:30 projection du film, exposé

13:30 café et réseautage »

Merci Severine et l’équipe, c’est quand vous voulez.

Jean-Luc

Témoignage d’un mentoré

Pour partage, voici le témoignage et le retour sur feed-back d’un futur coach que j’accompagne :

« Bonjour Jean-Luc,

Merci de prendre ce moment pour me réécrire au sujet de mes interrogations. C’est grandement apprécié. Je profite également de l’occasion pour te remercier au sujet du feedback formatif. Cela m’est très précieux et me donne de belles pistes de réflexions et d’amélioration au sujet de mon nouveau rôle de coach.

Quelle belle profession que le coaching, mais également quelle belle aventure avec l’être humain. Cela me réconforte de te lire et de mieux comprendre la dynamique. À nouveau, je suis surpris mais également conscient de tout l’impact de l’écoute, de la présence et du questionnement percutant. Je saisi parfaitement ce que tu dis, et les nuances que tu y apportes. L’importance d’être dans l’agenda du client et oublier le sien. D’écouter et d’éviter de guider vers nos propres volontés. De ne pas avoir peur de lui poser des questions toutes simples, mais également de ne pas garder trop longtemps la balle pour soi, de penser à lui renvoyer afin de faire émerger les réponses. L’importance aussi de ne pas trop se camper sur un angle, accepter que l’autre nous oriente ailleurs. Accepter la danse. Et surtout, j’ai remarqué dans ton feedback, quelque chose d’important : ne pas vouloir trop performer. Laisser le temps à l’autre de se livrer. Eh oui, la pratique est déterminante, et c’est effectivement en coachant qu’on devient coach.

Je reconnais aujourd’hui le défi de me déprogrammer. J’ai trouvé ça difficile d’accueillir mon coaché lors de l’exercice, mais ça me laisse une expérience concrète, enrichissante et révélatrice sur moi et l’autre.

Merci encore Jean-Luc pour ces partages, ces grands moments d’émotions et cette belle générosité !

Bonne journée,

A. »

Merci à toi pour cet enthousiasme et ces belles ouvertures. Au plaisir de te retrouver prochainement.

Jean-Luc

Sortir du brouillard ?

Vous avez entre 40 et 50 ans et vous vous posez des questions sur votre avenir ???

« Je continue dans ma vie actuelle ? Je change ? Mais, alors, je vais où ? Quel sens je donne à tout cela ? Il ne serait pas temps de penser à moi, à créer ou renforcer une famille, à m’épanouir professionnellement ??? »

Bref, comme beaucoup de personnes à notre âge, vous vous posez des questions essentielles et vous vous sentez dans le brouillard …

Sachez que le brouillard, et sa sortie, je connais …

Si ça vous dit, je peux me faire un plaisir de m’y promener avec vous pour vous aider à trouver des pistes, des voies qui vous en feront sortir les yeux grands ouverts sur la vie.

Sentez-vous à l’aise avec votre brouillard ! Magellan n’a-t-il pas dit : « On ne va jamais aussi loin que quand on ne sait pas où on va » …

On y va ?

Jean-Luc

Rappel à qui je m’adresse

Je sais que, parfois, ce n’est pas clair, alors je me répète : en tant que coach, je m’adresse avant tout aux personnes qui vivent ou veulent vivre une transition de vie , une transition de carrière …

J’ai de l’expérience dans le domaine et, surtout, j’aime accompagner les personnes qui veulent aller, avec sérénité, vers un ailleurs, vers un meilleur …

Bienvenue.

Jean-Luc

Témoignage d’une coach que j’accompagne

Bonjour ou bonsoir Jean-Luc!

Un grand merci pour ton feedback. C’était mon premier coaching en classe. La glace est maintenant brisée pour moi et je suis enchantée de tes commentaires et pistes d’amélioration.

J’aime beaucoup lorsque tu m’invites à m’arrêter sur des points importants pour aider le coaché à aller approfondir ses idées et ses pensées. C’est la requête que je me donne et que je mettrai en action dès ma séance de coaching de demain pour ainsi aider ma coachée à aller plus loin dans ses prises de conscience.

Merci encore Jean-Luc et au plaisir de te retrouver lors de la séance de lundi prochain.

N.R.

Et voici l’article du journal Le Soir …

Un accès à l’art pictural pour les personnes malvoyantes

MIS EN LIGNE LE 29/01/2017 À 17:42 PAR CLAIRE DUPONT (ST.)

La Maison de quartier Malibran à Ixelles propose une exposition étonnante.

L’exposition permet de « voir avec les doigts ».

La maison de quartier Malibran accueille jusqu’à dimanche l’exposition Touch To See. Une animation créée par deux ophtalmologues dans le but de rendre l’art accessible aux aveugles et malvoyants.

A l’origine du projet, une rencontre, entre Stéphanie Skolik qui allie son métier d’ophtalmologue et sa passion de la peinture et Laure Casper, chef de clinique en ophtalmologie au CHU Saint-Pierre et directrice du fonds de recherche en ophtalmologie.

Tout a commencé dans les années 80, alors qu’elles sont chercheuses en ophtalmologie au National Institutes of Health à Bethesda dans le Maryland.

Leur objectif ? Apporter aux malvoyants quelque chose de plus que leurs connaissances médicales. Les années passent et en 2013, lors d’une discussion, elles évoquent l’idée de combiner leur maîtrise en ophtalmologie et le goût pour l’art du Docteur Skolik. Réussir à faire partager le plaisir de l’art pictural par le toucher était le but qu’elles s’étaient fixé.

« Je vis dans un monde où la vision est capitale, précise Stéphanie Skolik. En tant qu’ophtalmologue, je me rends compte du risque important que courent certains patients de perdre la vue. J’ai donc envie de partager ma chance de bien voir et de faciliter la rencontre entre ceux qui voient et ceux qui ont des difficultés dans ce domaine. C’est mon travail de médecin et ma passion d’artiste. »

Le concept est simple. Des tableaux peints par le Dr Skolik sont représentés, avec pour chacun un moulage en terre glaise et une explication en braille correspondant. L’exposition se veut interactive et en même temps participative. Chaque personne est invitée à toucher à l’aveugle le moulage et imaginer la représentation qu’il pourrait avoir. In fine, le but est d’appréhender les difficultés que rencontrent les malvoyants.

L’exposition prend place pour la première fois en 2015 au Huntington Museum of Art en Virginie-Occidentale. Cette première exhibition rencontra un franc succès.

A l’occasion de son vingtième anniversaire, le fonds pour la recherche en ophtalmologie a sollicité le soutien de Romain De Reusme (PS), échevin de l’Egalité des chances de la commune d’Ixelles, afin de mettre sur pied l’exposition dans la maison de quartier Malibran. Dans l’espace mis à disposition, trente tableaux ont pris place ainsi que leurs moulages.

Lors de la visite, une malvoyante, en touchant l’explication en braille, s’interroge sur la définition de l’expression « polar lights » (aurore boréale). « Mais qu’est-ce ? », sourit-elle. « La traduction n’a pas du être réalisée », précise un voisin.

Jean-Luc Pening, bio-ingénieur, a perdu accidentellement la vue, il y a 25 ans. Aujourd’hui, 20 ans après, « J’ai dû recommencer à zéro, même moins que zéro, je suis reparti j’ai saisi tout ce qui se passait à ma portée ».

Présent à l’exposition Touch to See, il attire l’attention sur le fait que « c’est le côté partage, se retrouver avec des gens aveugles, des gens qui voient et qui parlent de quelque chose et qui transmettent leur ressenti, c’est ce qui est le plus fort, le plus intéressant ». Il ajoute : « le côté implication est important pour les personnes handicapées. On se retrouve un peu seuls, il y a tout ça qui bouge autour de nous ».

Et Laure Casper de conclure : « Le but de cette exposition est de permettre aux malvoyants de voir par le toucher, de rapprocher les malvoyants et aveugles des personnes ayant la chance de bien voir et de donner à tous une chance de mieux se comprendre. Cette exposition permet également de parler de la malvoyance, de son extension auprès de la population âgée et de la nécessité de promouvoir la recherche en ophtalmologie. ».

Rue de la Digue 10 à Ixelles, jusqu’au 29 janvier, de 14 à 20 heures.

Coaching Touch to see ?

Ce jeudi j’ai eu le grand plaisir d’être invité au vernissage de l’exposition Touch to See Salle Malibran, rue de la digue 10 à 1050 Ixelles, expo ouverte jusqu’au 30 janvier. Une exposition des peinture de Stéphanie Skolik qui ont la particularité d’être visibles mais aussi touchables via des moulages … L’occasion de très beaux échanges de perceptions entre non et bien voyants. Que de beaux et riches échanges !

Un grand merci à Laure Caspers et ses collègues ophtalmologues qui,en plus de leurs recherche scientifique, donnent leur temps et leur énergie à donner un visage humain à leur travail. Au nom de tous les patients, merci, nous en avons besoin ! Perdre la vue n’est pas anodin !

Nous avons d’ailleurs discuté de la possibilité d’offrir un accompagnement mode coaching aux personnes handicapées de la vue et à un service de téléphonistes mis en place pour accueillir les personnes souffrant d’une maladie de la rétine qui touche 350000 personnes en Belgique … De quoi repartir de ce vernissage plein d’enthousiasme et de mises en action.

Jean-Luc

Mes « je veux » pour 2017

A vous tous et toutes qui me suivez sur ce blog,

Je tenais, cette anne, ne pas vous souhaiter de bons vux .

Je trouve quils sont synonymes despoirs et dattentes, bref de quelque chose quon ne matrise pas.

Je prfre nettement les remplacer par des je veux que je vous envoie avec plaisir.

Je les trouve synonymes, eux, de volonts et de mises en actions.

Que cette anne 2017 soit celle que vous voulez quelle soit.

Que vous en fassiez une anne pleine dactions. Des actions constructives et porteuses dpanouissements personnels, de paix, damour bref de tout ce que vous voulez vraiment.

Au grand plaisir de vous retrouver sur ce blog ou ailleurs !

Jean-Luc

Video in english/ Video in castillano !

La vidéo sur le programme Trust & Re-start est maintenant disponible avec des sous-titres en anglais et en espagnol. Il suffit de cliquer sur le petit icône qui ressemble à une roue dentée en bas à droite. Merci Juan Pablo y Ana !

For my video “Trust & Re-start in english see : https://www.youtube.com/watch?v=BZxU3vAKMLI

Y por el video in Castillano : https://www.youtube.com/watch?v=BZxU3vAKMLI

Visite de l’école …

Visitez, avec les enfants, l’école pour enfants handicapés de la vue de Gihanga …

MVI_0540.MOV <https://drive.google.com/file/d/0B_2gyBH4ljCBTmVtRnY0Z2pZUFU/view?usp=drive_web>

Le rapport avec le coaching ?

En tant que coachs, ne travaillons-nous pas à la construction d’un monde meilleur pour nos enfants ???

Bonnes années à eux !

Jean-Luc

Partage : un témoignage d’une « coachée » du Canada

Durant l’ été 2016, j’ai vécu une séparation qui m’a profondément affectée. Je sais, on en vit tous, ca fait partie de la vie. Mais pour différentes raisons, cette rupture a créé une onde de choc dans ma vie.

Je savais que je devais agir, que je devais faire un pas pour avancer…si petit soit-il…Mais je ne voyais pas comment. Je me sentais figée, sans point de repère.

C’est alors que j’ai décidé spontanément de communiquer avec toi. Tout de suite, je me suis sentie à l’aise pour sortir ce que j’avais sur le coeur. Enfin un pas était amorcé.

Merci Jean-Luc de m’avoir accueillie aussi entièrement et généreusement.

Ta présence rassurante m’a donné confiance de sonder, voir et exprimer ce que je ressentais. Sans filtre ni jugement.

Nos séances ont été des moments apaisants qui ont m’ont permis d’accepter mes émotions et de trouver des moyens pour me mettre en action et traverser la tempête.

Les vents se sont apaisés et les éclaircies reviennent graduellement.

Merci de m’avoir accompagnée dans ce point tournant.

J’en sort grandie et reconnaissante.

Line

Merci à toi,

Jean-Luc

Coaching inter-culturel

Découvrez la vidéo de philippe Rosinski qui nous parle du coaching interculturel.

J’ai participé au séminaire dont il parle, je suis certifié et apte à délivré le fameux COF assesment …

http://hrmeetup.org/thepodcastfactory-philippe-rosinski-fr/

Pour plus d’infos allez sur le site de Philippe www.philrosinski.com ou contactez-moi.

Jean-Luc

Où sont vos faiblesses ?

Une amie menvoie ce texte de Grand Corps Malade

paroles de 6ème sens
grand corps Malade

La nuit est belle, l’air est chaud et les étoiles nous matent Pendant qu’on kiffe et qu’on apprécie nos plus belles vacances La vie est calme, il fait beau, il est 2 heures du mat’.
On est quelques sourires à partager notre insouciance C’est ce moment là , hors du temps, que la réalité a choisi Pour montrer qu’elle décide et que si elle veut elle nous malmène Elle a injecté dans nos joies comme une anesthésie Souviens-toi de ces sourires, ce sera plus jamais les mêmes Le temps s’est accéléré d’un coup et c’est tout mon futur qui bascule Les envies, les projets, les souvenirs, dans ma tête y’a trop de pensées qui se bousculent Le choc n’a duré qu’une seconde mais ses ondes ne laissent personne indifférent Votre fils ne marchera plus, voilà ce qu’ils ont dit à mes parents Alors j’ai découvert de l’intérieur un monde parallèle Un monde où les gens te regardent avec gêne ou avec compassion Un monde où être autonome devient un objectif irréel Un monde qui existait sans que j’y fasse vraiment attention Ce monde-là vit à son propre rythme et n’a pas les mêmes préoccupations Les soucis ont une autre échelle et un moment banal peut être une très bonne occupation Ce monde là respire le même air mais pas tout le temps avec la même facilité Il porte un nom qui fait peur ou qui dérange lles handicapés
On met du temps à accepter ce mot, c’est lui qui finit par s’imposer La langue française a choisi ce terme, moi j’ai rien d’autre à proposer Rappelle-toi juste que c’est pas une insulte, on avance tous sur le même chemin Et tout le monde crie bien fort qu’un handicapé est d’abord un être humain Alors pourquoi tant d’embarras face à un mec en fauteuil roulant Ou face à une aveugle, vas-y tu peux leur parler normalement C’est pas contagieux pourtant avant de refaire mes premiers pas Certains savent comme moi qu’y a des regards qu’on oublie pas C’est peut-être un monde fait de décence, de silence, de résistance Un équilibre fragile, un oiseau dans l’orage Une frontière étroite entre souffrance et espérance Ouvre un peu les yeux, c’est surtout un monde de courage Quand la faiblesse physique devient une force mentale Quand c’est le plus vulnérable qui sait où, quand, pourquoi et comment Quand l’envie de sourire redevient un instinct vital Quand on comprend que l’énergie ne se lit pas seulement dans le mouvement Parfois la vie nous teste et met à l’épreuve notre capacité d’adaptation Les 5 sens des handicapés sont touchés mais c’est un 6ème qui les délivre Bien au-delà de la volonté, plus fort que tout, sans restriction Ce 6ème sens qui apparaît, c’est simplement l’envie de vivre.

Ce texte me parle même si je ne suis pas fan.
Et vous, quen pensez-vous ? moi, ce qui minterpelle cest le fait que les handicapés ont la « chance » davoir leurs faiblesses visibles, impossibles à cacher. Et donc nous sommes obligés de les regarder en face et den faire une force
Et vous ? Quelle est votre faiblesse ? Que faites-vous pour en faire une force ???
Jean-Luc

Rebondir à 50 ans

Jeudi passé, j’ai participé à un workshop organisé par les Alumnis de l’école Polytechnique de Bruxelles en tant que Bio-ingénieur et coach personnel. La problématique abordée m’interpelle : la plupart de mes clients, ingénieurs ou pas, sont confrontés à cette situation et viennent à moi pour l’affronter avec recul et sérénité.

http://www.ulb.ac.be/facs/polytech/alumni/events.html

La présentation du workshop :

Rebond-Ir à 50 ans

Par D. Michel Judkiewicz, ICME 71, Managing Director de SIlver-Brains

Restructuration, fusion, acquisition, licenciement, indépendant ou TPE en difficulté, ou envie de changer radicalement de cap …la vie de l’ingénieur n’est pas toujours un long fleuve tranquille.

Et bien que le diplôme et l’expérience acquise nous ouvrent des horizons très variés, se retrouver à la croisée des chemins vers la cinquantaine – situation somme toute assez courante – constitue un défi particulier qu’il n’est pas facile de relever en ces temps où le jeunisme est roi.

Lors de ce workshop animé par Michel Judkiewicz, nous partagerons nos expériences et tenterons de dégager des pistes spécifiques et concrètes pour négocier ce tournant important.

Je fais maintenant partie de l’équipe d’alumnis qui va travailler sur le sujet et tenter d’apporter un soutien aux collègues qui se trouvent dans cette situation …

Jean-Luc

Echanges sur la RTBF (Radio officielle belge)

Ci-dessus mon intervention sur la RTBF « La Première », la radio officielle belge, le dimanche 9 octobre dans le cadre de la très médiatique (en Belgique francophone) opération Cap 48.

Une opération de solidarité avec les personnes handicapées qui existe depuis plus de 40 ans. Cette année le thème de la campagne de sensibilisation était le handicap survenu en cours de vie. Parce que 80% des personnes handicapées le sont devenues au cours de leur vie.
Mon témoignage rentrait donc parfaitement dans le thème. Sophie Moens et Adrien Joveneau ont fait appel à moi en tant que « spécialiste de la résilience » … Merci à eux.
J’ai donc eu le plaisir de partager ma vision de la résilience. Qu’en pensez-vous ? Qu’est-ce que cela inspire en vous ?

Jean-Luc

Echanges à la Société Royale de Philanthropie

Le 4 octobre dernier, j’ai eu le plaisir d’animer une rencontre organisée par la Société Royale de Philanthropie / Maison des aveugles, à Bruxelles.

Des échanges riches avec d’éminents membres de la société Royale (qui existe depuis 1828 !), avec des personnes actives dans l’accompagnement et les soins apportés aux personnes aveugles et avec le personnel et les résidents de la résidence. Le tout autour de mon parcours et d’une projection de « Na Wewe ». Ivan et Antoinette étaient à mes côtés.

Merci pour l’invitation.

Jean-Luc

Formation et coaching ?

  • Le 5 octobre dernier j’ai participé à la journée EPALE des enseignants et des formateurs (EPALE world teachers’ day) qui avait lieu à l’Atomium (Bruxelles) …okies
  • Contact on Europa
  • Recherche sur Europa

Pourquoi un coach au milieu des professionnels de la formation pour adultes ?

Parce que choisir sa formation et son avenir n’est pas une chose facile.

Parce que, quand on est adulte, se remettre à des études demande des remises en question et la re-découverte des moyens d’apprentissage et de mémorisation qui nous conviennent.

Parce qu’il est prouvé qu’une personne suivie dans l’application de ses apprentissages en garde 80 % alors que, sans suivi, elle en utilise que 20 % …

3 « Parce que » qui justifient l’accompagnement de coachs professionnels dans les choix et le développement sur le long terme…

Affaire à suivre …

Jean-Luc

Ecoutez la radio …

Ce week-end du 8 et 9 octobre a lieu la célèbre opération « Cap 48 » de récolte de fonds pour soutenir des projets d’aide à des personnes handicapées en Belgique.

J’y participe à ma manière : écoutez la radio « La première » de la RTBF dimanche soir à partir de 19 h, j’aurai le plaisir de retrouver Adrien Joveneau et de parler résilience et autre …

Jean-Luc