Archives mensuelles : décembre 2013

Article La Libre Belgique

Quelques extraits d’un article sur le coaching paru dans la Libre Belgique à propos du coaching dans les entreprises belges.

Cet article ne parle pas du coaching de vie et de son efficacité.

Il est à noter que les entreprises recherchent avant tout des coachs certifiés … et nous ne sommes que 118 coachs certifiés en Belgique …

Un coach pour qui, pour quoi ?

Extraits :

Un coach, pour qui, pour quoi ?

Entreprise / Emploi Quelle est la place du coaching en entreprise ? Quel est son coût ? Et sa valeur ajoutée ?Securex et ICF ont mené l’enquête.

… Le coaching a permis de réaliser un travail intense sur soi-même et notamment sur les défauts qu’on a pu accumuler avec le temps , … Pour nous le coaching est fondamental dans l’évolution du management et du leadership."

… la notion de coach est souvent utilisée à tors et à travers. Trop de gens se disent coaches….
" Le coaching aide le coaché à découvrir lui-même sa voie et à trouver ses propres solutions. Le coach est le catalyseur dans le processus ." … " Le coach est ainsi convaincu que le coaché a le potentiel en lui pour trouver les meilleures solutions pour lui."

Que révèle l’étude ? Un premier chiffre : 85 % des entreprises sondées ont recours au coaching. Et cela concerne autant les grandes que les petites entreprises belges.

"C’est, à mon avis, un problème quand c’est le supérieur direct qui est le coach. Il y a un risque important de conflit d’intérêts" , estime Luc Deflem. "Un des éléments fondamentaux du code éthique de l’ICF est notamment la discrétion absolue dont doit faire preuve le coach . Le coaché sait alors qu’il peut se lâcher. Et c’est d’ailleurs important pour pouvoir se libérer. Face à un supérieur direct c’est plus compliqué…

Les thèmes abordés lors d’un coaching sont les suivants : fixer et réaliser des objectifs de performance personnelle et de comportement et motivation , la transition de carrière, le développement de la carrière , la gestion du changement, le style de management, le développement des compétences pour les hauts potentiels et le développement de l’équipe.

En général, c’est le responsable direct qui prend l’initiative de demander un coaching, suivi d’un responsable RH et, seulement en troisième position, du coaché lui-même. "Or idéalement, l’initiative devrait venir d’abord du coaché lui-même",

Quelles sont les qualités qu’on demande à un coach ? "C’est l’expérience en qualité de coach que les entreprises souhaitent d’abord . Suivent la formation en coaching avec certificat et enfin l’expérience en qualité de responsable.

… "Quand on offre la possibilité aux collaborateurs de travailler sur eux-mêmes, on voit que l’absentéisme diminue",

… Notons que l’étude montre que 90 % des entreprises qui utilisent le coaching en sont satisfaites… »

Du clip coaching ?

Un exemple de clip coaching ? Allez sur Youtube

Ce n’est pas du coaching ?

Si aider des enfants à se mettre en valeur, si leur donner les moyens de réaliser leurs rêves et si leur permettre d’obtenir la reconnaissance qu’ils méritent ce n’est pas du coaching, alors c’est quoi le coaching ???

Si ce n’est pas tout cela, je démissionne et je vais voir ailleurs.

JL

Citations Mandela (3)

Je ne résiste pas à l’envie de partager encore quelques citations de Nelson Mandela De quoi inspirer tous les coachs de la terre

Personne ne naît en haïssant quelqu’un pour la couleur de sa peau, son milieu ou sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr et si on peut leur apprendre à haïr, on peut aussi leur apprendre à aimer, car lamour vient plus naturellement dans le coeur d’un Homme que le contraire.

et si le mot amour vous fait peur, remplacez-le par tendresse , joie , partage , c’est plus simple, c’est plus facile et c’est tout aussi fort.

Après avoir gravi une haute colline, on se rend seulement compte qu’il y a encore beaucoup de collines à gravir

Mais le plaisir de vivre n’est-il pas dans la montée vers le sommet, plus que dans le sommet lui-même ?

Nous nous posons la question : Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ? En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

Belle leçon de coaching, non ?

Cela semble toujours impossible jusqu’à ce qu’on le fasse

C’est ce que je dois répéter à tous mes clients qui hésitent Mettez vos peurs de côté et agissez, vous ne serez jamais déçus.

Leçon de courage ?

Chers vous tous,

Je vous invite à aller au Burundi quelques instants pour chanter et danser sur le clip et la musique des enfants de l’école de Gihanga … Pour cela, il suffit de cliquer sur :

Youtube

Découvrez leur vie, leur histoire, leur courage, leur créativité, … vous ne serez pas déçus.

L’action "Donne à voir" continue grâce à vous.

Soutenez ces enfants handicapés de la vue en diffusant le plus largement leur clip et leurs revendications "Droits égaux, Nous somé comé lézotré".

C’est Noël. Vous ne pouvez pas leur faire un plus beau cadeau que de leur montrer, par vos clics, que ce qu’ils font et ce qu’ils sont est vu et apprécié dans le monde entier …

Pour eux, pour leurs encadreurs, merci.

Jean-Luc

PS : Pour plus d’infos sur l’action :
http://donnavoir.wordpress.com/

Mandela a dit (2)

Encore des citations de Nelson Mandela. Quand on connaît son parcours, ces paroles ont bien évidemment beaucoup plus de poids …

« Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé »

… et , à la place d’ »ennemi » on peut mettre « ses erreurs, ses faiblesses, ses obstacles ou même ses handicaps « … non ?

« Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité »

… Obama l’a dit dans son discours : pour Mandela ce n’était pas tout de sortir libre de prison, encore fallait-il libérer ses geôliers …

C’est beau, c’est fort !

Moi, je crois que notre liberté est dans notre courage …

Jean-Luc

Article Le Soir

Et voici un article du SOIR de ce mercredi 4 décembre sur le coaching et sa place … 85 % des entreprises belges y font recours … Excusez pour la mauvaise transcription de l’article accessible uniquement en pdf …

85 % des entreprises pratiqueraient le « coaching »

SOCIÉTÉ:
L’accompagnement personnel en entreprise, c’est tendance, mais c’est surtout très mal compris. Objectif : bien-être.

LE CHIFFRE DU JOUR

Le terme « coaching » est aujourd’hui largement galvaudé. Du coach de tennis au coach en coiffure en passant par le « body coach », tout semble aujourd’hui prétexte au fameux accompagnement personnel. Si bien que la fédération professionnelle internationale des coaches (ICF) s’est attardée sur l’élaboration d’un cadre de définition.
Présente dans 110 pays et rassemblant plus de 23.000 membres, elle s’est associée, en Belgique, à Securex, le prestataire de services RH, pour dresser aujourd’hui un premier bilan de la pratique du coaching dans les entreprises du pays.
Ainsi, sur le petit millier d’entreprises interrogées, 458 PME (48 %) et grandes entreprises (52 %) ont entièrement complété le questionnaire.

Qu’en apprend-on? Un chiffre,

d’abord : 85 % d’entre elles disent pratiquer le coaching. Le hic, c’est que 51% des entreprises pratiquantes ne savent simplement pas comment s’y prendre. « Elles confondent les rôles du manager et celui du coach, engendrant un conflit d’intérêts évident. Dans de telles conditions, les impératifs de notre discipline ne sont pas respectés »,
déplore Henri Cnops, président de la section belge de la fédération.

Les impératifs ? L’ICF les énonce dans son code déontologique, qui prévoit, en première instance, la discrétion absolue des échanges et l’effacement maximum du coach, conformément à la définition de l’ICF :
« Le coaching aide le coaché à découvrir lui-même sa voie et à trouver ses propres solutions. Le coach n’est [que] le catalyseur dans le processus. »

Un retour rétromoderne au précepte socratique « connais-toi toi-même ».
« C’est que nos sociétés actuelles nous ont fait perdre ce rapport à l’humain, qu’on ne retrouve pas forcément dans les benchmarks et autres cours de Bourse »,
reconnaît Luc Deflem, le patron de Securex, qui s’est lui-même frotté à l’exercice.
« On me reprochait de ne pas suffisamment être à l’écoute. Il a fallu me désapprendre quelques mauvais réflexes dans mon rapport aux autres. Une véritable désintoxication », concède-t-il.

Budget oblige, les premiers candidats au coaching sont, dans l’ordre, les membres de la direction, les cadres dirigeants et les managers, les experts et, enfin, le personnel exécutant. « Par un effet d’amplification et d’influence, le bienêtre d’un manager se répercutera également sur ses collaborateurs directs. Ce qui est moins évident pour le personnel exécutant », explique Henri Cnops. Chez Securex, en tout cas, on y croit. Fort de son expérience personnelle, Luc Deflem revient même sur le slogan de son entreprise.
« La notion de ressources humaines est insupportable parce qu’elle implique l’exploitation de ces ressources. Le “human capital”, c’est fini. Retour à l’humain tout court. » C’est dit. ■
OLIVIER CROUGHS