Mon album photo du tournage

NA WEWE

L’album photos d’un aveugle.

Un objectif, une focale, un angle de vue, une profondeur de champs, un zoom, un grain mais pas d’images.

Préambule/ Point de vue :

Il y a quelques années, sous les conseils d’un ami avisé, je lis (ou plutôt, j’écoute) le livre "Neige" de Maxcence Fermine.

J’y découvre non pas que les aveugles vivent la couleur, je le savais déjà, mais bien que les orientaux ont développé une forme artistique étonnante : le Haïku. Des petits poèmes imagés très courts et soumis à des règles fort strictes.

Ce superbe livre m’amène plein de réflexions.

Un haïku ne serait-ce pas un peu un titre d’un journal qui doit tout dire en peu de mots ?

Pas vraiment. Ne serait-ce pas les cinq premières minutes d’un film quand les personnages, les lieux, les temps et les intrigues sont posées ?

non plus. … Ca y est, j’ai trouvé, c’était si simple : un haïku est une photographie. Un instantané, un flash sur un moment qui a un avant et qui amène un après. Magique. Inspirant.

Une porte que je croyais définitivement fermée se rouvrait. Moi qui avais toujours été un amateur de photographies et d’images, moi qui avais enterré définitivement mon cher Nikon après l’accident dans lequel j’avais perdu la vue, je pouvais retrouver mon hobby . Prendre des photos, dessiner, fixer le beau.

C’est donc armé de mon dictaphone et de mon PC que je me suis relancé à travers bois, nature, paysages, visages, êtres, formes, pour faire miens des instants , des émotions, des couleurs, des noirs et des blancs. Oui, un aveugle peut prendre des photos. J’ai retrouvé une de mes passions de jeunesse.

Fermez les yeux, écoutez mes images. Lisez mes albums photos.

J’ai pris mon appareil sur le tournage de NA WEWE…

Jean-Luc

Sommaire : L’album du film / Le making off / Photos de l’équipe

1. L’album photos du film

Appareil NIKON JLP2009 Objectifs macro 28-200

Film FUJI color 100 ASA légèrement sous-texposé flash sur peaux noires vitesse 125 et plus

ou film Illford noir et/ou blanc, pas de différences

Format : Haïku 5 7 5 libre 5 dimensions mat ou brillant selon

Merci à Willy pour la pellicule.

vert rouge vert poussières

un mini-bus roule vers

rouge vert sanguinaire

au mauvais moment

ils étaient tous là las d’être

au mauvais endroit

un tas de haines

machette tue viole torture

cache ses blessures

regards peurs terreurs

images du silence

peaux frissons sueurs

grand égal méchant

et petit égal gentil

toi t’es quoi t’es qui

femme de couleurs

à la colère noire

aux larmes blanches

tendre vieillesse

bibliothèque en trois pièces

profonde sagesse

né nez droit

né nez épaté

né nez de quel nez

elle n’est rien de rien

rien du tout un peu de tout

deux fois rien Un tout

l’étendard des races

fin tissu de sentiments

flotte selon les vents

Maman Africaine

Maman protège Maman couve

Maman je t’aime

petit à Kalach

son coeur brisé joue et danse

petit t’as quel âge

coupable innocent

caché derrière quelques chants

un enfant attend

à gauche la vie

à droite la mort la nuit

partout l’absurdie

afrique aux aboies

l’europe passe s’efface se lasse

et se cache cash

un une Nawéwé

nous sommes tous des Nawéwé

des humains à être

2. Le making – off

sous-titres en Braille

absence totale d’images

le Cinéma s’ouvre

departure hall ten

vol KGL Bjm

le ciel s’offre à nous

deux amis s’embrassent

cinéma et cicité

grâce de l’amitié

de beaux sourires

sont un appel aux cachets

format passeport

sur son écran noir

il se fait son cinéma

un rêve en soi

une histoire deux mots

font des seigneurs d’un plateau

un rêve plus haut

hutu tutsi twa

noirs wallons blancs ou flamands

tous en rient et toi

la photo est floue

elle était pourtant si belle

à vous rendre fou

mal vécue hier

bien jouée aujourd’hui

l’horreur vit sa vie

le plateau pleure

dire que nous avons fait ça

pleure dans mes bras

il y a des jours

des jours qui font une vie

des jours qui fondent

sa dédicace

est larmes douleurs et cris

je n’ai qu’un merci

courbettes et micros

un officiel discourt

courbette un peu trop

des rebelles chantent

la haine la mort l’horreur

des rebelles passent

fauteuil en osier

quid entre Emmanuelle

et Marlo brando

et toi le rasta

c’est mou t’es où tu fais quoi

enfin tu enfumes

conteur Rebelles

profs élèves enfants mamans

sont briques et ciment

minutes magiques

chuuut écoutez inspirez

le silence respire

dix mètres de tables

dix mètres coulent de rires

une rue de plaisirs

il regarde trop haut

sous la misère les guenilles

bat tant de beau

quand l’Afrique rit

têtes tournent fêtes dansent

et l’Afrique rit

tu vois l’école

j’y serai en septembre

la guerre est cendres

elles l’appellent papa

papa de qui et de quoi

papa de tout ça

d’une gâterie

l’hôtesse crée une rêverie

vol au paradis

happy end ou pas

le suspens est dans la salle

t’as aimé t’aime pas

sans flash sans ASA

un coeur peut photographier

émotions gardées

3. PHOTOS DE L’EQUIPE EN ACTION

sourire malicieux

que la colline se déplace

l’équipe se dépasse

par tout jour elle suit

sous la bâche elle porte elle jouit

une femme épouse

sans plumes il écrit

sans voir il photographie

chat ou vers de terre

présente ou pas

elle aime elle donne des ailes

je sais tu es là

j’attends mes factures

il crie il gueule il aime

j’attends mes factures

méditation zen

silence action moteur zoom

DJ zen zoom zouk

feilloos flitsend oog

hART van een bruggenbouwer

voorwaar in de roos

de tous ses sens

il prend il capte il change

de ces mots les sens

il lui tend la perche

car les sons sont son essence

leçon de bon sens

un crâne rasé

torse brûlé sans pitié

ose s’excuser

reflet gentillesse

eclaire en tendresse

akuna faiblesses

entre deux papiers

pour être là pour ça

il a tout laissé

tous rient noir blanc jaune

tu connais la dernière

le para n’rit pas

organisation

régie des eaux des hommes

une Amstel pression

micro caméra

derrière ça elle ne dit rien

mais n’en pense pas moins

un fils attentif

cherche sa peau sa place son âge

vit son héritage

bordel j’installe

si tout va mal tout va bien

bordel je gère

toujours en chansons

elle fait danser les plus hauts

toujours enchantés

le monstre a peur

et si mes enfants me voient

je ne suis pas comme ça

l’enfant étudie

ami de tout il apprend

Sera Président

sous l’engin il croule

sous le soleil il sue

son rêve est en vue

un fil une prière

habille de lumière

et nous fait pères

moi je suis le Twa

le chien qu’on chasse qu’on n’aime pas

et comment ça va

elle pleure elle a peur

être acteur est son bonheur

métisse en fleur

elle a tout donné

Purceline est un hymne

maman adorée

il n’a rien dit

il ne parle que kirundi

on a tout compris

bonjour le cuistot

amène ton fou fou ta joie

et toit tu bois quoi

électro déco

prod run casting machino

que des héros du beau

soutien anonyme

à buts aminitaires

Sophie sera là

souriez Cheeese clic !

vous êtes tous beaux belles soleils

merci pour toutclic !

Vous avez reconnu : Ivan, Brigitte, Jean-Luc, Antoinette, Frédéric, Guy, Bart, Philippe, Ludo, Fred, Antoine, Anton, Renaud, Didier, Isabelle, Julien, Jean-Luc K, Sybille, Ismaël, Jérôme, Eddy, Régine, Joseph, Ornella, Purcheline, Floris, Cyprien, l’équipe, Willy … et tous les autres que je salue. Merci.

Jean-Luc Pening

Août 2009

Copyright Tous droit réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *